AVEC VOUS, AIZENAY AUTREMENT / Magazine Echo Agésinate – MAI 2017

FAIRE CE QUE L’ON A DIT…PEUT MIEUX FAIRE

Dans le bulletin municipal de mars le Maire dresse un point d’étape de l’action municipale à mi-mandat.

La majorité municipale s’est fait élire, il y a 3 ans, sur un programme électoral qui promettait notamment :

« Nous mettrons en œuvre un programme d’économie. Quelques exemples :

– Baisse de la consommation de carburants

– Baisse de la consommation électrique

– Baisse de la consommation d’eau …/… »

Qu’en est-il vraiment aujourd’hui ?

Si la consommation de carburants de la commune a baissé de 12% en moyenne annuelle sur la période 2015/2017 par rapport à la période 2012/2014 (pour 2017 il s’agit d’un budget prévisionnel) cela s’explique en partie par la baisse significative du coût des carburants en 2015 et 2016.

La consommation électrique de la commune a, par contre, sur ces 2 périodes comparatives augmenté de près de 10%.

Quant à la consommation d’eau (et son assainissement) elle a progressé de plus de 17%  sur ces 2 mêmes périodes…

Certes Aizenay grandit, de nouveaux lotissements et de nouveaux équipements voient le jour, il faut les éclairer et les chauffer pour ces derniers mais cela n’explique pas tout. La commune investit tardivement  dans des actions dont les effets tardent à se faire sentir : remplacement de candélabres, remplacement des lampes, pose de panneaux photovoltaïques sur quelques bâtiments municipaux… La commune va s’engager timidement dans des travaux de rénovation énergétique (une petite partie du groupe scolaire Louis Buton en 2018).  Les équipements municipaux récents ou en cours de réalisation (dojo, pôle culturel, centre de loisirs…) manquent d’ambition au niveau de la maîtrise énergétique.

Et pourtant les investissements d’aujourd’hui, en matière énergétique notamment, sont les économies de demain…

Chaque euro qui pourrait être économisé par une politique municipale plus volontariste d’économies serait un euro de moins pour les impôts locaux des Agésinates… ce qui pourrait éviter de les augmenter sans cesse.


AVEC VOUS, AIZENAY AUTREMENT / Magazine Echo Agésinate – MARS 2017

AU NOUVEL AN, SORS TON ARGENT…

Comme souvent «Nouvel an» rime avec «Sors ton argent » et débute avec son lot d’augmentations en tous genres.

Qu’en est-il vraiment de ces augmentations systématiques et routinières ? Répondent-elles à un besoin économique ou bien s’agit- il d’une «simple et mauvaise habitude » ?

Il est toujours répondu que c’est « inévitable puisque tout augmente »

Tout augmente effectivement à commencer par… les tarifs municipaux, mais pas les salaires ni les pensions de retraite qui, eux, stagnent depuis des années.

Faut-il comprendre que pour la Région, le Département, la Communauté de communes ou la Commune, les augmentations soient légitimes pour faire face aux dépenses mais que l’économie et le sacrifice seraient l’apanage des simples citoyens pour boucler leurs fins de mois ?

N’est-il pas possible, sur une année, de laisser souffler les contribuables en économisant sur certaines dépenses non indispensables comme nous sommes amenés à le faire nous mêmes dans nos propres familles ?

Un changement d’éclairage de monument, un panneau d’affichage lumineux, un mât avec voiles sur un rond-point, l’achat d’un commerce parce qu’inoccupé, la réfection très coûteuse d’une place… sont-ils des priorités alors que les augmentations des taxes communales d’habitation et du foncier (en 2016, et peut-être en 2017), de la taxe communautaire des ordures ménagères , de la taxe municipale d’assainissement, de la restauration scolaire ou des entrées à la piscine viennent toucher directement le portemonnaie de toutes les familles (et notamment celui des jeunes ménages) ?

Dans les périodes difficiles que nous traversons, la priorité doit être donnée à l’humain qui reste le pilier de notre société. L’attractivité de notre ville n’est pas liée aux dépenses d’équipements tape à l’œil superflues.

 


AVEC VOUS, AIZENAY AUTREMENT / Magazine Echo Agésinate – DECEMBRE 2016

DE LA COMMUNE A L’INTERCOMMUNALITE ELARGIE

Nous soutenons la fusion des 2 intercommunalités que sont la Communauté de Communes Vie et Boulogne et celle du Pays de Palluau, laquelle interviendra au 1er janvier 2017. Nous soutenons la réforme territoriale de la Loi NOTRE dans laquelle cette fusion s’inscrit.

Il ne s’agit plus aujourd’hui de penser uniquement SA commune, mais bien d’inscrire constamment nos actions dans un territoire plus vaste car les emplois, les routes et les transports, les zones économiques, les équipements commerciaux, les cours d’eau, les corridors écologiques, le recrutement des collèges et des lycées, l’agriculture, les équipements structurants… ne s’arrêtent pas aux limites de nos communes mais exigent bien des politiques au niveau d’un bassin de vie.

Nous soutenons les volontés de mutualisation et de prises de compétence de notre communauté de communes même si nous souhaiterions qu’elle fasse preuve d’une plus grande ambition notamment dans le domaine des compétences enfance/jeunesse ou encore dans celle des transports collectifs.

Cependant nous restons inquiets par rapport à la gouvernance de la future Communauté de Communes.

Sur la représentativité : un tiers des électeurs du territoire ont voté en 2014 pour des listes électorales municipales et communautaires porteuses de projets différents. Mais ces 30 à 40% d’électeurs ne seront, dans la nouvelle communauté de communes, représentés que par 2 élus sur 47 soit 4% ! Dans un souci d’expression de la démocratie et de respect du pluralisme, nous demanderons l’ouverture des commissions communautaires aux conseillers municipaux des minorités municipales.

Sur la présidence : le prochain bureau communautaire comprendra 11 personnes (un président ou une présidente et 10 vices président.e.s). Les citoyens de ce territoire comprendraient mal qu’une commune soit éventuellement représentée par 2 élus au sein de ce nouveau bureau alors que 5 communes ne bénéficieraient d’aucun représentant en son sein.

Sur la parité : nous ne pensons pas que la parité sorte gagnante de cette fusion. Si nous nous en tenons à ce qui est envisagé, le bureau communautaire sera demain composé de 10 hommes et d’une seule femme, voire de 11 hommes sans femme…

 Nous vous invitons donc à réfléchir à la représentativité, à la gouvernance et à la parité au sein des instances de notre nouvelle communauté de communes.

 

 

AVEC VOUS, AIZENAY AUTREMENT / Magazine Echo Agésinate – NOVEMBRE 2016

Le stationnement sur les trottoirs : une incivilité récurrente à Aizenay

Violences, perte de repères et de valeurs, voire terrorisme, sont des mots que nous entendons chaque jour pour évoquer le sentiment insécuritaire ambiant.

Il en est un que l’on attribue très facilement aux jeunes, c’est l’incivilité.

Nous y sommes pourtant tous confrontés chaque jour s’agissant du comportement d’automobilistes peu scrupuleux et donc des citoyens adultes que nous sommes.

Ces automobilistes qui n’hésitent pas à gêner les déplacements des cyclistes et des piétons afin d’être toujours garés au plus près du commerçant, qui utilisent les trottoirs comme des places de parking et qui, pour certains, «s’installent » à l’année sur une partie de trottoir ou sur le passage piéton.

Cette incivilité routinière et banalisée amène chaque jour des mamans avec poussettes, des enfants, des  personnes âgées ou handicapés à descendre du trottoir pour marcher sur la chaussée sans qu’aucune mesure ne soit prise.

A ces mesures, que nous réclamons depuis longtemps, il nous est opposé l’impopularité et donc la difficulté de telles décisions.

Il ne suffit pas d’écouter poliment ces plaintes lors de réunions de quartiers, ni d’apposer des panneaux «Citoyen vigilant» puis de ne rien faire ensuite.

Cette situation devient trop courante dans notre ville, la municipalité doit prendre à bras le corps cette question en créant un groupe de travail élargi à toutes les personnes intéressées, en organisant rue par rue des réunions publiques de réflexion et de travail.

Favorisons la prise de conscience et trouvons collectivement des solutions afin que la sécurité et le bien-être de tous et de toutes deviennent l’affaire de chacun et de chacune.

A défaut il appartiendra ensuite aux élus municipaux de prendre leurs responsabilités et les décisions courageuses nécessaires afin d’amener les automobilistes à utiliser les places de stationnement aménagées en faisant appliquer la loi.

 

AVEC VOUS, AIZENAY AUTREMENT / Magazine Echo Agésinate – SEPTEMBRE 2016

CéRéMONIE DU 4 JUIN 2016 à AIZENAY : DES ENTORSES à LA LAÏCITé ET à LA NEUTRALITé

La Loi du 1er juillet 1901 reconnait la liberté d’association et leur possibilité d’expression, y compris sur la place publique, sous réserve du respect de neutralité religieuse, philosophique et politique.

Si la manifestation organisée à Aizenay le 4 juin 2016 par le Souvenir Vendéen relevait de cette liberté d’expression, il n’en demeure pas moins que les orientations de cette association interrogent les citoyens que nous sommes en présentant une lecture très partisane de notre Histoire, contestée aussi par la plupart des historiens.

Quant à la loi du 9 décembre 1905, qui acte la séparation des églises et de l’Etat, elle impose, entre autres, aux élus et aux collectivités un certain nombre de règles pour le respect de la laïcité et de la neutralité.

En appelant à participer à un office religieux puis à la bénédiction de plaques commémoratives, en participant activement par des prises de parole publiques à cette manifestation du 4 juin, des élus du groupe majoritaire de la commune d’Aizenay ont transgressé la neutralité qui s’impose à eux dans l’exercice de leurs fonctions.

Par ailleurs la commune d’Aizenay, en participant financièrement, sans délibération de son conseil municipal, aux dépenses de convivialité de cette manifestation s’est placée en dehors de la Loi.

En ces temps où, face aux attaques de tous ordres, les valeurs de la République doivent être plus que jamais affirmées et défendues et au premier rang de celle-ci la liberté, nous appelons l’ensemble des élus à adopter une attitude neutre et laïque dans l’exercice de leurs fonctions comme le rappelle d’ailleurs l’Association des Maires de France (AMF) dans son vade-mecum relatif à la laïcité.

Partager cette page sur :